21 minutes, journal gratuit de poésie au sens large

21 minutes, journal gratuit de poésie au sens large

MAI 2019

Une action poétique portée par Fabien Drouet :

« Le journal 21 minutes est un journal gratuit, de poésie (au sens large), dont l’objectif est d’atterrir entre les mains de passants, d’usagers des transports en commun.
Le but est de porter la parole poétique (encore une fois poétique au sens large) dans l’espace public.
De proposer autre chose que les journaux gratuits d’infos (« infos », à ne pas confondre avec « information »…), les tracts publicitaires et les réductions à venir chez Pizza Hut.
La finalité du projet est la distribution du journal aux arrêts de métro, et les rencontres que cette action génère. »

 

Le journal en images

21Minutes par Colette DavilesEstinès
Colette Daviles Estinès, 14 février, 18:38, "Journal gratuit de poésie au sens large 21 minutes est arrivé à Banon ! L'initiative est géniale et généreuse. Le contenu est de haute tenue, vraiment. Wouah c'est plein de pépites là-dedans ! Merci Fabien Drouet et son équipe."
Stand 21 Minutes soirée lancement
Stand du journal 21 Minutes lors de la soirée de lancement du 18 janvier 2019
Véronique Sipraseuth, 15 février, 22:37, "Très beau travail, papier superbe, disposition des poèmes et tof... Chapeau bas Fabien Drouet !!!"
21 Minutes par Cathy Ko
Cathy Ko, 13 février, 07:12, "Amies(is) Grenobloises(ois) C'est bientôt les vacances... Chouette! 40 revues 21 minutes sont prêtes à être distribuées à la gare de Grenoble samedi vers 10h du matin. Merci à Sophie pour les photocopies. Je n'avais plus de papier orange! Fabien Drouet m'a dit que je pouvais changer les couleurs..."

La distribution

Plusieurs centaines d’exemplaires du journal sont distribués à chaque fois dans différentes stations de Lyon et Villeurbanne.

 

Collecter la distribution…en images, textes et voix :

Station Guillotière

« Clic » de et par Fabien Drouet


9H04
le cabas de ma grand-mère, rouge et blanc à petits pois, contient cent quatre-vingt exemplaires du journal de poésie gratuit 21 minutes. Je marche. Et lui, me suit.
9H07
je sors du tram. Un trottoir de la Guillotière mal négocié et le cabas tombe. Dégueule une trentaine de revues. Une femme passe, regarde. Il me semble qu’elle a failli m’aider.
9H08
j’ai besoin d’un café.
9H11
je satisfais mon besoin.
9H20
j’arrive devant l’arrêt de métro. Les vendeurs de clopes à la sauvette sont là. Ils me regardent, je les regarde. On se dit bonjour. Courtois.
9H24
un des vendeurs vient à côté de moi, me demande ce que c’est. Je lui explique, il me dit « je prends merci, j’aime la poésie, tu connais Durkheim ?
– Durkheim, le sociologue ?
– Oui
– Oui, je connais, pourquoi tu me parles de lui ?
– Comme ça. Ça me fait penser à lui ce que tu fais. »
9H50
vingt-trois minutes que je ne distribue plus. Qu’on parle ensemble de sciences humaines. Qu’on mêle nos petits savoirs, lui en psychologie, moi en anthropologie. On parle de l’Algérie aussi.
10H
on se remet au travail.
« Journal gratuit de poésie / Marlboro cinq euros »
On se regarde. On co-signe le poème, sans rien se dire.

10H30
les flics arrivent.
10H29
les vendeurs à la sauvette ont tout rangé.
10H34
une douzaine de flics. Je leur propose la revue. Deux la prennent. Ils disent pourquoi pas. Je dis oui pourquoi pas.
10H40
ils la lisent.
10H43
deux yeux au beurre noir sur un corps de boxeur combattif débarquent.
Pas l’air commode.
Il vient vers moi, en tongs.
Il est musclé même des orteils.
Prend la revue.
Commence à lire.

10H50
« ce serait marrant si on se prenait en photos, avec les flics et la revue.
– Allez, ok. »
10H53
« quelqu’un a une objection si je fais une photo ? Vous croyez qu’il faut demander à la hiérarchie ? »
Pas de réponse.
« Allez, ok, vas-y, on prend la photo. « 
10H52
Yeux au beurre noir, Durkheim, le flic, et moi.
10H53
Clic.

Station Grange Blanche

« Bonjour, journal gratuit de poésie
Bonjour, journal gratuit de poésie
Bonjour, journal de poésie gratuit
Bonjour, journal de groésie, poésie, gratuit
Bonjournal, pratuit, de journal
On fait une pause ? »

« Ah, de la poésie, pourquoi pas. Ça change. »
« Je vais le lire, merci. »
« Ah, vous avez changé de couleur, 20 minutes? »
« Je peux en prendre un deuxième pour ma grand-mère? »
« J’aime pas la poésie mais bon, ok. »
« Je serais vous, je le ferais payer votre journal gratuit. »
« Je le lirai pendant ma pause. »

Distribution à Charpennes et Grange blanche (photographie de Pam SoYou)

21 minutes, journal gratuit de poésie au sens large

Comment l’idée de ce projet est-elle née ?

Fabien Drouet : « L’idée, me semble-t-il, n’est pas originale. Beaucoup de monde y a pensé. En voyant ces journaux gratuits d’infos, en voyant les gens sur leurs téléphones, en voyant les gens chercher quelque chose à lire et à vivre.
Je prends moi-même souvent le métro à Lyon, et j’ai eu envie d’y faire entrer ce que j’aime. Des poèmes et des images, des formes courtes artistiques, qui me semblent ouvrir des espaces, et traduire des manières de voir et des pensées sous-représentées dans l’espace public.
J’ai un enfant, je prends souvent le métro avec lui. Il me questionne. Il prend dans la tête et dans le corps une quantité énorme de messages, j’ai voulu aussi lui montrer par l’action qu’il est possible de prendre la parole, et que l’intégration n’est pas quelque chose d’unilatéral.  La ville et l’espace sont publiques, et nous pouvons la changer, la faire s’approcher de nous.  Sans les humains qui la composent, la ville n’est rien.
A petite échelle, chacun la crée et la transforme. Par une parole, un échange, par le dépannage d’un briquet, par un regard, par une phrase écrite sur un mur…
J’ai certainement voulu monter à mon fils, et me montrer à moi-même qu’il était possible encore d’agir.
L’échelle est minuscule, mais la possibilité d’agir est déjà réconfortante. »

Comment s’est passée sa concrétisation ?

Fabien Drouet : « J’ai lancé l’appel à textes à images et à l’aide.
Beaucoup de personnes m’ont écrit et encouragé, dès le début.
Ont aussi proposé leur aide, pratique ou financière.
Stéphanie Durdilly et Gaëlle Joly-Giacometti notamment. Nous nous sommes rencontrés à travers ce projet et nous formons maintenant une équipe.
J’ai créé une cagnotte en ligne. Nous avons récupéré de quoi imprimer 1000 exemplaires environ.
Et puis nous avons distribué.
Je ne m’attendais pas à ce que ça « marche » autant que ça. Alors j’ai été dépassé à certains moments… Il était difficile de répondre à toutes les propositions d’aide.
De faire le tri entre les propositions sincères et les propositions plus… intéressées.
Alors ça a été une sorte de parcours initiatique, sur lequel il a fallu faire beaucoup de choix.
Un parcours initiatique, parce que l’éthique du projet s’est construite au fur et à mesure, dans la pratique. »

Quel bilan aujourd’hui et quelles perspectives ?

Fabien Drouet : « La création de ce journal a été une aventure magique. Beaucoup de rencontres, beaucoup de partages…
Je ne suis pas très bon en « bilan », je préfère ne pas le faire et continuer. Faire vivre encore ce projet.
Maintenant, le but sera de sortir le numéro 2, de se débrouiller pour qu’il soit gratuit, et distribuer au plus grand nombre.
Je garde le même raisonnement qu’au tout début.
Ça DOIT être possible de faire un journal gratuit de poésie. Alors, on trouvera comment au fur et à mesure.
Par une autre cagnotte, par des lectures publiques, par l’imprimante de Pôle Emploi…
On verra bien.
En tout cas, l’envie est là. »

La soirée de lancement

21 minutes, journal gratuit de poésie au sens large est officiellement né le 18 janvier 2019. Retour en images et en voix sur cette soirée de lancement…

soirée 21 flyer

2 réflexions au sujet de « 21 minutes, journal gratuit de poésie au sens large »

  1. Merci pour ce travail qui permet d’écouter les poèmes du 21 mn. Les voix des auteurs donnent corps aux mots, vie à la poésie.

    1. Merci de nous avoir livré vos impressions. Nous avons souhaité donner de la voix à cette action poétique qui porte la parole dans la rue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.