Bastien Lebis

Bastien Lebis

Un rêve de môme logé dans le crâne, sans trop savoir d’où il vient – d’où il part ; et une poignée de pages chiffonnées. Puis un poème écorné. Une tentative de dire quelque affection qui serre le cerveau – poésie avant l’heure d’être poésie. Tout juste griffonnée sur le coin d’une marge d’un cahier de brouillon. Au crayon à papier. S’écrire. Pour s’effacer. Puis un poème gommé. Et gommé encore. Raté.
Raté ?
Un entêtement prend la relève. L’écriture broie le ventre et les tripes. Elle veut témoigner et du monde et de son plus grand-chose. À l’instant des pensées fugitives et des pelures de gomme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.